La mesure de l'humain selon Platon

Paris: Vrin (2002)
  Copy   BIBTEX

Abstract

L'homme ne se rapporte droitement a lui-meme qu'en se rapportant a la totalite du monde qui l'entoure. Ce monde qui est unique selon Platon, sans qu'il soit double par le monde intelligible dont parlera le neoplatonisme, est rendu possible par la rencontre de l'intelligible et du sensible. Ainsi, le logos, par quoi l'homme a acces aux Formes, est ce qui permet d'operer la deliaison proprement philosophique du corps et de l'ame, selon les termes du Phedon, sans qu'il faille poser un dualisme cosmique qui se retrouverait dans l'homme. De meme que le sensible s'intelligibilise par la Participation et ainsi se maintient comme phenomene stable, de meme l'homme peut avoir un usage harmonieux de son corps et de ses sensations. Deliaison n'est pas rupture. L'enfance, la sexuation, le sommeil, les reves, la mort et la parole, ici interroges, montrent que l'anthropologie de Platon ne condamne ni le plaisir, ni le corps. La vie de la pensee ne s'absente pas des mouvements corporels qu'elle accompagne. C'est pourquoi le corps est le signe de l'ame.

Links

PhilArchive



    Upload a copy of this work     Papers currently archived: 91,164

External links

Setup an account with your affiliations in order to access resources via your University's proxy server

Through your library

Analytics

Added to PP
2015-01-22

Downloads
1 (#1,859,155)

6 months
1 (#1,428,112)

Historical graph of downloads

Sorry, there are not enough data points to plot this chart.
How can I increase my downloads?

References found in this work

No references found.

Add more references