La perception des rapports. Un nœud qui se défait

Cahiers de Philosophie de L’Université de Caen 51:11-22 (2014)
  Copy   BIBTEX

Abstract

La définition du beau en termes de « perception des rapports » obéit-elle à une raison simplement contextuelle – l’expression est à la mode en cette première moitié du XVIIIe siècle – ou répond-elle à une exigence proprement philosophique? Elle doit être resituée dans le contexte du débat entre Rameau et Rousseau sur l’origine du plaisir esthétique dans le domaine musical. Par l’idée de « perception des rapports », Diderot veut maintenir une objectivité du beau tout en prenant en considération son contexte de perception. Contrairement aux apparences, ce thème de la « perception des rapports » n’est pas abandonné lorsque Diderot aborde le plaisir esthétique dans le domaine pictural. Le passage de la musique à la peinture justifie le passage d’une théorie des rapports à la théorie des proportions – ne rendant toutefois pas caduque la définition du beau par le jeune Diderot des années 1740-1750.

Links

PhilArchive



    Upload a copy of this work     Papers currently archived: 93,127

External links

Setup an account with your affiliations in order to access resources via your University's proxy server

Through your library

Analytics

Added to PP
2020-09-30

Downloads
8 (#1,345,183)

6 months
7 (#491,177)

Historical graph of downloads
How can I increase my downloads?

Citations of this work

No citations found.

Add more citations

References found in this work

No references found.

Add more references