Faire évoluer les virus vers des formes plus pathogènes, est-ce vraiment raisonnable ?

Raison Présente 228 (4):35-43 (2023)
  Copy   BIBTEX

Abstract

Anticiper les épidémies est le souhait le plus vif de toutes les institutions qui veillent sur la santé publique. Un raisonnement naïf permet de penser qu’il suffit de faire évoluer en laboratoire un organisme potentiellement pathogène pour savoir comment sa descendance pourra devenir plus virulente pour l’homme. Il est alors facile de faire croître cet organisme sur des cellules humaines, qu’il infecte mal pour commencer, puis de retenir ses descendants au fur et à mesure qu’ils deviennent plus infectieux. La vision optimiste affirme alors que les caractériser permettra de construire des défenses appropriées. Bien des variations sur ce thème sont possibles, y compris avec l’aide de la synthèse artificielle de variants dont on saurait imaginer la pathogénicité pour l’homme. Depuis plus de deux décennies, des chercheurs développent des expériences de ce type, dite de « gain de fonction » (GdF). Leur interprétation repose sur l’illusion que nous savons prévoir l’évolution des êtres vivants. En réalité, ceux que nous observons aujourd’hui ont été sélectionnés au cours du temps précisément parce qu’ils conduisent toujours à des comportements imprévisibles. Une règle clé de l’évolution est que la vie, pour durer dans des circonstances qui ne peuvent être prévues, doit sans cesse faire émerger des formes innovantes. À ce caractère propre à la vie s’ajoute un imprévisible lié à l’impéritie humaine, cause de l’omniprésence des accidents de laboratoire. Or, en virologie spécialement, l’accident est la règle et non l’exception. Il faut ajouter que le caractère public de ces expériences les rend utilisables par toutes les structures malveillantes qui sont hélas répandues dans le monde. Il n’est pas difficile alors d’imaginer les conséquences catastrophiques des expériences de GdF. Nous proposons donc qu’elles soient purement et simplement interdites et que toute transgression soit sévèrement punie, en frappant d’abord au porte-monnaie, ce qui semble être la meilleure façon de faire dans nos sociétés devenues universellement vénales.

Links

PhilArchive

External links

Setup an account with your affiliations in order to access resources via your University's proxy server

Through your library

Analytics

Added to PP
2024-02-19

Downloads
101 (#176,983)

6 months
101 (#49,559)

Historical graph of downloads
How can I increase my downloads?

Author's Profile

Antoine Danchin
University of Hong Kong

Citations of this work

No citations found.

Add more citations

References found in this work

Add more references